La surcompensation

Le modèle de surcompensation se trouve à la base de la plupart des théories et des méthodes de planification de l'entraînement. Il s’appuie sur l'hypothèse de restauration, au delà du niveau de départ, des sources d'énergies dépensées lors de l'exercice.

Principe de surcompensation

Quand on applique une charge d’entraînement à l’organisme, celui-ci met en place des mécanismes dont l’objectif est de recouvrer l’état initial. Néanmoins, il faut que la sollicitation soit suffisamment intense pour que ces mécanismes puissent être initiés. Lorsqu’elle est proche des capacités maximales de la qualité physique visée, les mécanismes de récupération permettent d’atteindre un niveau supérieur à celui que le sujet avait avant l’exercice. C’est la surcompensation.

C’est la fatigue induite par la charge d’entraînement qui serait responsable du déclenchement des mécanismes de récupération. Il faut donc la considérer comme un très bon stimulus des processus d’adaptation à l’entraînement. Cependant, elle peut s’avérer néfaste pour la performance dès que le temps nécessaire à la récupération n’est pas respecté.

Schémas d'entraînement

entraînement en récupération complète
bla bla
entraînement en récupération incomplète
bla bla
super surcompensation
bla bla
sous-entraînement
bla bla
sur-entraînement
bla bla

Facteurs influançant la surcompensation

Comme illustré sur certains schémas d'entraînement, les effets de la surcompensation varient en fonction de :

  • la durée et l'intensité des séances d'entraînement. Une séance d'entraînement de 3 heures sans objectif ciblé peut produire moins de fatigue qu'une sortie d'1h30 articulée autour de plusieurs exercices intenses.
  • la durée des phases de récupération. La durée de récupération après une séance varie, en fonction de sa fatigue engendrée, de 24 heures à 72 heures, voir plus pour certaines séances extrêmes. On peut enchaîner une nouvelle séance avant, mais à condition d'alterner avec une séance à charge d'entraînement faible.
  • la fréquence des séances durant le microcycle, le macrocycle, la saison : c'est à dire le délai de temps entre deux séances successives
Ces facteurs seront des paramères importants, pris en compte lors de l'établissement d'un plan d'entraînement afin de le moduler pour optimiser son efficacité : ils doivent permettre de déterminer l'objectif, l’intensité, le volume et la fréquence des séances d’entraînement.

Logiciel VSprint Personal Trainer
Suivez votre entraînement avec le logiciel VSprint Personal Trainer, complet et convivial. Plan d'entraînement, compatible compteurs, charge d'entraînement, pic d'effort, statistiques, graphiques, modélisation de la performance ...
Copyright 2004-2011 © VSprint company - Tous droits réservés